Assemblees Citoyennes Insoumises

Poster un message

En réponse à :

Glyphosate : de Rugy sabote son Assemblée 31 Mai 2018

https://francoisruffin.fr/glyphosate/
mardi 26 juin 2018

« Un seul député insoumis présent, sur 17, sur l’interdiction du glyphosate. Je suis trop déçue ! » On a reçu un paquet de courriels comme ça, et des remarques sur Facebook.

Alors que répondre ? La vérité. Je vais parler pour moi, à la première personne : je suis un bleu à l’Assemblée, et ils m’ont blousé. Ils ont réussi, sur le glyphosate, un tour de force. Dans cette guérilla parlementaire, ils ont oeuvré pour bafouer la démocratie.
Qui ça, « ils » ? C’est le président de Rugy, en première ligne.
Guérilla parlementaire

Qu’on résume : depuis une semaine, sur le projet de loi agriculture, nous siégeons de 9 h 30 le matin à 1 h du matin suivant. Samedi et dimanche compris. Avec, en parallèle, les missions et les commissions. Dans ce tunnel continuel d’amendements, plus de deux mille au total, difficile de deviner quand vont passer les trucs importants. On fait le guet. On perd des centaines et des centaines de votes, à lever la main en cadence. Et après sept jours de cette guerre d’usure, ce mardi, à 1 h moins deux minutes, le président de Rugy décide, arbitrairement, de prolonger les débats. Comme si le glyphosate était un point anecdotique, ou justement parce qu’il ne l’est pas. Parce que, sinon, ça repoussait la discussion au mardi 16 h 30. Et alors, l’hémicycle serait plein, les débats animés sur cette promesse du président Macron, la passion soulèverait les rangs.

Et ça, il ne faudrait surtout pas.

Surtout pas.

Que la chambre d’enregistrement demeure froide et morte.

Que de Rugy veille sur elle comme un croque-mort sur un cadavre.
Un marathon organisé

Oui, il faut accuser : le président de Rugy, qui organise lui-même le sabotage du parlement ! Comment ? Par ces prolongations nocturnes, certes, ces méthodes de cosaques. Mais au-delà : lui qui devrait nous protéger, lui qui devrait préserver le législatif contre l’exécutif, lui s’en fait le complice quotidien pour nous gaver de lois. Car, pour ce projet Agriculture, qui s’annonçait un marathon, de Rugy aurait pu bloquer deux semaines. On serait retournés chez nous le vendredi, en circo, les idées remises au clair. Mais non, il fallait faire vite. Au pas de charge. Parce que, derrière, arrive Elan, sur le logement, et là encore, on bouclera et bâclera en une semaine, samedi et dimanche compris. Et qu’on se souvienne, juste avant, du projet de loi « Asile et immigration », voté en catimini un dimanche soir ! C’est un dimanche, encore, ce dimanche dans la nuit, que fut rejetée la fin des poules en cages, autre engagement du candidat Macron.

Et qu’importe, ici, qu’on soit pour ou contre tout ça.

Qu’importe.

On voit bien que ces sujets mobilisent des citoyens, des pans de l’opinion.

Que les controverses et les décisions du Parlement sont attendues.

Le président de l’Assemblée fait tout, alors, non pour permettre le débat, mais au contraire, pour le miner, pour l’enterrer, pour l’amoindrir. Plutôt que de résister à la toute-puissance de l’Elysée, il agit en porte-flingue.
Maltraitance des citoyens

Répétons-le : c’est du sabotage législatif.

Conscient.

Volontaire.
De la maltraitance des députés. On s’en fiche, admettons.
De la maltraitance des salariés, aussi. Cette nuit, alors que les débats venaient de s’achever (à 3 h du matin !, la présidente de séance a d’ailleurs décidé, en dernière minute, de supprimer les « positions de vote » des députés), un copiste de l’Assemblée me chuchotait : « On en a marre. Ca fait onze jours sans pause, pour moi. Avec des horaires impossibles. On est épuisés. On n’a jamais vu ça. »

Et surtout, de la maltraitance des citoyens, quand les lois sont ainsi passées, en vitesse, presque en clando, dans le dos de leurs représentants.
Faux procès

Alors, que Les Républicains soient plus aguerris à cet art du siège : on peut le dire. Qu’on manque d’expérience face à ces stratagèmes, et qu’il nous faille progresser : on peut le dire. Que le gouvernement, allié au président de l’Assemblée, nous ait efficacement dupés : on peut le dire.

On ne peut pas dire, en revanche, que les camarades Insoumis et moi-même soyons paresseux (matez les stats de nosdeputes.fr), ou qu’on s’en fiche du glyphosate (au contraire, c’est presque transformé en symbole identitaire), ou même, même, même, que l’amendement serait passé (un coup de sonnerie, une suspension de séance, et les presseurs de bouton de la majorité rappliquaient, bien plus plus nombreux que nous).

N’empêche que.
N’empêche que.

A ce jeu injuste, on va s’efforcer de progresser.

Tout va très bien, tout va très bien, Monsieur le marquis de Rugy !
Mis à jour vendredi 1er juin à 14h55.

Le président de l’Assemblée nationale nous répond donc, et c’est sur l’air de « Tout va très bien », doublé du refrain « Je n’y peux rien ».
« Tout va très bien »

François de Rugy écrit :

« Les votes n’ont pas eu lieu en ‘catimini’ : 85 parlementaires étaient présents contre 79 en moyenne lors des scrutins publics précédents ce soir-là. »

Tout est dit : que, sur un thème aussi important, 85 députés soient présents, sur 577, ça semble donc parfaitement convenir au président de l’Assemblée.
Pas à moi.

Maintenant, pour expliquer cet absentéisme, on a deux pistes :
1 / les parlementaires sont des feignasses ;
2 / l’organisation des débats, faite pour décourager.

J’ai personnellement siégé le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi, le samedi, le dimanche, avec une pause ce lundi fatal, puis de nouveau le mardi et le mercredi (Monsieur de Rugy pourra le vérifier avec ses enquêtes internes). Un véritable marathon législatif, destiné à épuiser l’opposition.

Le président sort alors son second couplet :
« J’y peux rien »

Je le cite : « Ce n’est pas le Président de l’Assemblée qui décide de l’ordre du jour. »
Hypocrisie.

Certes, c’est la conférence des présidents qui en décide. Mais, avec les présidents de commission et les vice-présidents, le groupe En Marche ! y est ultra-majoritaire.

Et si le président de Rugy, face au gouvernement, disait : « Ca suffit. Vous allez cesser ce gavage. Nous ne travaillons plus dans des conditions dignes pour fabriquer la loi. Nous ne pouvons pas siéger sept jours sur sept. Nous prendrons deux semaines pour étudier l’agriculture, et votre Elan sur le logement sera repoussé à plus tard », bref, si le président de l’Assemblée nationale jouait son rôle, c’est-à-dire défendre l’Assemblée nationale, il est évident que la donne en serait bouleversée, que l’exécutif prendrait un peu moins le Parlement pour son paillasson.

Mais François de Rugy s’est choisi un autre rôle : non pas de résistant au gouvernement, mais de quotidien complice.
La preuve avec son choix, très personnel celui-là, le fait du prince, de prolonger les débats jusqu’à 2 h du matin.
Pour s’assurer que l’hémicycle, en pleine nuit, ne serait pas secoué par des polémiques.

Donc, j’accuse toujours de Rugy.

Pas seulement sur cet amendement, mais de même sur la loi logement, de même sur asile et immigration, et qu’importe qu’on soit pour ou contre, là n’est pas le souci, c’est juste une question de démocratie.

J’accuse de Rugy de rendre l’Assemblée morte et morne, de veiller sur elle comme un croque-mort, d’en faire une chambre d’enregistrement des désirs du président. Et de préparer, avec l’Elysée, une réforme constitutionnelle qui ne fera qu’aggraver le mal : tout le pouvoir à l’exécutif.


En réponse à :

Glyphosate : de Rugy sabote son Assemblée 31 Mai 2018

11 octobre 201815:08, par Marilynn

Hello there ! This blog post could not be written much better !
Looking at this post reminds me of my previous roommate !
He continually kept talking about this. I most certainly will forward this information to him.
Pretty sure he'll have a very good read. Thank you for sharing !


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 93871

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License